Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Caisse d’Epargne Ile-de-France présente ses solutions de financement à destination des syndics

Avec un très fort besoin de financement sur le marché de la copropriété de l’ordre de 7,6 milliards d’euros par an, peu d’intervenants …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Actu socialisme: Le chemin de la Chine vers la modernisation socialiste

L’article suivant de Vijay Prashad et Tings Chak traite de certaines des politiques et idées importantes émergeant du 20e Congrès national du Parti communiste chinois qui s’est tenu récemment. Sans tenir compte des « spéculations sauvages des médias occidentaux sur les délibérations du parti », les auteurs explorent le concept de modernisation socialiste, tout en détaillant la lutte continue de la Chine contre la corruption et ses succès dans la lutte contre la pauvreté et l’action environnementale.

Vijay et Tings notent que le PIB par habitant a doublé au cours de la dernière décennie et que, au cours de la même période, le PCC a travaillé sans relâche pour lutter contre la corruption, adhérer à la ligne de masse et se recentrer sur la base. En outre, « l’intérêt de la Chine à lutter contre la catastrophe climatique est attesté par la plantation d’un quart des nouvelles forêts du monde au cours de la dernière décennie et par sa volonté de devenir un leader mondial des investissements dans les énergies renouvelables et de la production de véhicules électriques ».

Les auteurs soulignent également que le développement de la Chine a été extraordinairement pacifique, citant le rapport de travail de Xi Jinping au Congrès : « En poursuivant la modernisation, la Chine ne suivra pas l’ancienne voie de la guerre, de la colonisation et du pillage empruntée par certains pays. Cette voie brutale et sanglante d’enrichissement aux dépens des autres a causé de grandes souffrances aux populations des pays en développement. Nous nous tiendrons fermement du bon côté de l’histoire et du côté du progrès humain.

Au fur et à mesure que la Chine s’enrichit, elle devient également plus juste et plus verte, et sa modernisation est basée sur ses propres efforts, et non sur l’impérialisme et l’agression. Tel est le sens de la modernisation socialiste de la Chine, qui est une grande source d’inspiration pour les forces progressistes à l’échelle mondiale.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Le Parti communiste chinois (PCC) a tenu son 20e Congrès national du 16 au 22 octobre 2022. Tous les cinq ans, les délégués des 96 millions de membres du PCC se réunissent pour élire ses principaux dirigeants et définir l’orientation future du parti. L’un des principaux thèmes du congrès de cette année était le « rajeunissement » du pays à travers « une voie chinoise vers la modernisation ». Dans son rapport au congrès, Xi Jinping, secrétaire général du PCC, a esquissé la voie à suivre pour faire de la Chine « un pays socialiste moderne ».

La plupart des commentaires des médias occidentaux sur le congrès ont ignoré les mots réels qui ont été prononcés à Pékin, choisissant plutôt de faire des spéculations folles sur les délibérations du parti (y compris sur le départ soudain de l’ancien président chinois Hu Jintao du Grand Palais du Peuple lors de la séance de clôture du congrès, qui la gauche parce qu’il se sentait mal). Beaucoup aurait pu être gagné en écoutant ce que les gens ont dit pendant le Congrès national au lieu de mettre des mots dans leur bouche.

Modernisation socialiste

Lorsque le Parti communiste a pris le pouvoir en Chine en 1949, le pays était le 11e pays le plus pauvre du monde. Pour la première fois depuis le « siècle d’humiliation » qui a commencé avec les guerres britanniques contre la Chine à partir de 1839, la Chine est devenue une grande puissance, la situation sociale du peuple chinois s’étant grandement améliorée depuis 1949. Une courte promenade loin du Grand Palais du Peuple, où s’est tenu le congrès, se trouve le Mémorial du Président Mao, qui rappelle aux gens l’immense réussite de la Révolution chinoise de 1949 et son impact sur la société chinoise.

Xi Jinping est devenu secrétaire général du PCC lors du 18e Congrès national en 2012 et a été élu président de la République populaire de Chine en mars 2013. Depuis lors, le pays a connu d’importants changements. Sur le plan économique, le PIB de la Chine a presque doublé pour devenir la deuxième économie mondiale, passant de 58.800 milliards de yuans en 2013 à 114.370 milliards de yuans en 2021, et son PIB a augmenté à un taux de 6,6% par an au cours de la même période. Pendant ce temps, le PIB par habitant du pays a presque doublé entre 2013 et 2021, la Chine se rapprochant de la tranche des pays à revenu élevé. En termes d’économie mondiale, le PIB de la Chine représentait 18,5 % du total mondial en 2021, et le pays était responsable de 30 % de la croissance économique mondiale de 2013 à 2021. La Chine a également fabriqué 30 % des biens mondiaux en 2021, contre plus de 20 pour cent en 2012. Cela s’ajoute aux décennies de taux de croissance historiquement sans précédent de 9,8 pour cent par an de 1978 à 2014 depuis le lancement de la réforme économique en Chine en 1978. Ces réalisations économiques sont historiques et ne sont pas venues sans leur ensemble de défis et conséquences.

Lors de la remise du rapport à l’ouverture de ce congrès, Xi a parlé de la situation à laquelle le peuple chinois était confronté il y a dix ans : « De grandes réalisations ont été obtenues en matière de réforme, d’ouverture et de modernisation socialiste… En même de questions et de problèmes importants – dont certains s’accumulaient depuis des années et d’autres qui venaient juste d’émerger – exigeaient une action urgente. Il a poursuivi en parlant du « glissement vers une direction de parti faible, creuse et édulcorée », soulignant que « le culte de l’argent, l’hédonisme, l’égocentrisme et le nihilisme historique » étaient les problèmes profondément enracinés dans un processus de développement qui était « déséquilibré, non coordonné et non durable. Ce sont là d’importantes autocritiques faites par l’homme qui a dirigé le pays au cours de la dernière décennie.

la corruption

Il y a dix ans, dans son discours au 18e Congrès national du PCC, le secrétaire général sortant Hu Jintao a mentionné le mot « corruption » à plusieurs reprises. « Si nous ne parvenons pas à bien gérer ce problème », a-t-il averti, « cela pourrait s’avérer fatal au parti, et même provoquer l’effondrement du parti et la chute de l’État ». La première tâche de Xi Jinping après avoir pris ses fonctions de secrétaire général du PCC a été de s’attaquer à ce problème. Dans son discours inaugural en tant que chef du parti en 2013, Xi a déclaré qu’il était engagé dans « la lutte contre les tigres et les mouches en même temps », faisant référence à la corruption qui s’était propagée des échelons supérieurs jusqu’au niveau local au sein du parti et le gouvernement. Le parti a lancé des règles en «huit points» pour ses membres en décembre 2012, afin de limiter les pratiques telles que les réunions sans conséquence et les réceptions extravagantes pour les visites officielles, et a prôné «la diligence et l’économie».

Pendant ce temps, un an après le lancement de la « campagne de masse » par l’administration Xi en juin 2013, les réunions officielles ont été réduites de 25 % par rapport à la période précédant la campagne, 160 000 « employés fantômes » ont été retirés de la liste de paie du gouvernement, et 2 580 projets de construction officiels « inutiles » ont été arrêtés. Au cours de la dernière décennie, de novembre 2012 à avril 2022, près de 4,4 millions d’affaires impliquant 4,7 millions de fonctionnaires ont fait l’objet d’enquêtes dans le cadre de la lutte contre la corruption. Les membres du parti ont fait l’objet d’une enquête. Rien qu’au cours du premier semestre de cette année, 24 hauts fonctionnaires ont fait l’objet d’une enquête pour corruption, et d’anciens ministres, gouverneurs de province et présidents des plus grandes banques publiques ont été expulsés du parti et condamnés à de lourdes peines, dont la réclusion à perpétuité.

Les commentaires de Hu Jintao et les actions de Xi Jinping reflétaient les inquiétudes selon lesquelles, pendant la période de forte croissance après 1978, les membres du PCC se sont de plus en plus détachés du peuple. Au cours des premiers mois de sa présidence, Xi a lancé la «campagne de la ligne de masse» pour rapprocher le parti de la base. Dans le cadre de la campagne de « lutte ciblée contre la pauvreté » lancée en 2014, 800 000 cadres du parti ont été envoyés enquêter et visiter 128 000 villages dans le cadre de ce projet. En 2020, malgré la pandémie de COVID-19, la Chine a réussi à éradiquer l’extrême pauvreté, contribuant à 76 % de la réduction mondiale de la pauvreté jusqu’en octobre 2015.

Au-delà de l’autocorrection du parti, les paroles et les actions fortes de Xi contre les « mouches et tigres » corrompus ont contribué à la confiance du peuple chinois dans le gouvernement. Selon un document de recherche de 2020 du Ash Center for Democratic Governance and Innovation de la Harvard Kennedy School, la satisfaction globale à l’égard de la performance du gouvernement était de 93,1% en 2016, enregistrant la croissance la plus importante dans les régions les plus sous-développées de la campagne. Cette montée de la confiance dans les zones rurales a résulté de l’augmentation des services sociaux, de la confiance dans les autorités locales et de la campagne contre la pauvreté.

Côté droit de l’histoire

Lors du 20e Congrès, Xi Jinping a réfléchi sur l’histoire du colonialisme – y compris le « siècle d’humiliation » de la Chine – et les implications que cela aurait pour la Chine à l’avenir. « En poursuivant la modernisation », a déclaré Xi, « la Chine ne suivra pas l’ancienne voie de la guerre, de la colonisation et du pillage empruntée par certains pays. Cette voie brutale et sanglante d’enrichissement aux dépens des autres a causé de grandes souffrances aux populations des pays en développement. Nous nous tiendrons fermement du bon côté de l’histoire et du côté du progrès humain.

Les responsables chinois nous disent régulièrement que leur pays n’est pas intéressé à chercher à dominer le monde. Ce que la Chine aimerait faire, c’est collaborer avec d’autres pays pour tenter de résoudre les dilemmes de l’humanité. L’initiative « la Ceinture et la Route », par exemple, a été lancée en 2013 dans le but d’une coopération et d’un développement « gagnant-gagnant » et a jusqu’à présent construit des infrastructures indispensables avec des contrats d’investissement et de construction totalisant 1 000 milliards de dollars dans près de 150 pays. L’intérêt de la Chine à lutter contre la catastrophe climatique est attesté par la plantation d’un quart des nouvelles forêts du monde au cours de la dernière décennie et par le fait qu’elle est devenue un leader mondial des investissements dans les énergies renouvelables et de la production de véhicules électriques. Du côté de la santé publique, la Chine a adopté une politique COVID-19 qui donne la priorité à la vie plutôt qu’au profit, a fait don de 325 millions de doses de vaccins et a ainsi sauvé des millions de vies. Grâce à ses initiatives dans le secteur de la santé publique, l’espérance de vie moyenne des Chinois était de 77,93 ans en 2020 et a atteint 78,2 ans en 2021, et pour la première fois, a dépassé l’espérance de vie aux États-Unis – 77 ans en 2020 et 76,1 en 2021, ce qui fait de cette baisse « la plus forte baisse de deux ans de l’espérance de vie depuis 1921-1923 ».

Les communistes chinois ne voient pas ces événements sans les replacer dans le long processus engagé par le gouvernement pour réaliser et assurer leur développement social. Dans 27 ans, la Chine fêtera le centenaire de sa révolution. En 1997, le président chinois de l’époque, Jiang Zemin, a parlé des deux objectifs du centenaire – les marqueurs de 100 ans après la fondation du Parti communiste (1921) et la révolution chinoise (1949) – qui « soutiennent toute la planification économique à long terme de la Chine ». programmes et agendas politiques macroéconomiques contemporains. À cette époque, l’accent était mis sur les taux de croissance. En 2017, Xi Jinping a déplacé l’accent de ces objectifs sur les «trois batailles difficiles»: désamorcer les risques financiers majeurs, éradiquer la pauvreté et contrôler la pollution. Ce nouveau congrès est allé au-delà de ces « batailles difficiles » pour protéger la souveraineté chinoise et étendre la dignité du peuple chinois.

Ce propos apporte des réponses à vos demandes vous apprécierez aussi ces livres:

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

,(la couverture) .

,(la couverture) .

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Politique de gauche: Le chef du Parti envoie un message de remerciement au dirigeant chinois après sa visite officielle

Politique-de-gauche-Le-chef-du-Parti-envoie-un-message

Le chef du parti envoie un message de remerciement au dirigeant chinois après la visite officielle - Ảnh 1.

Le secrétaire général du Parti Nguyen Phu Trong (à gauche) serre la main du secrétaire général du Parti et président chinois Xi Jinping, Pékin, Chine, le 31 octobre 2022. (Photo : VNA)

Dans le message, Nguyen a remercié M. Xi et lui a demandé de transmettre ses sincères remerciements aux autres dirigeants du Parti et de l’État chinois, ainsi qu’au peuple chinois pour leur amitié et leur accueil chaleureux.

Le chef du Parti vietnamien s’est dit profondément impressionné par les succès du 20e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), avec des examens théoriques et pratiques, ainsi que par les réalisations notées enregistrées par le peuple chinois au cours des dernières années sous la direction du Comité central du PCC avec Xi comme noyau central.

Nguyen a noté que lui et la délégation de haut rang du Parti et de l’État vietnamiens étaient satisfaits des résultats de la visite, en particulier du contenu abordé lors de leurs entretiens et réunions.

« Je crois que la visite aidera à définir des orientations à long terme pour que les relations entre les deux Parties, États et peuples se développent davantage de manière stable et durable », a-t-il souligné.

Les résultats positifs récoltés au cours de ce voyage contribueront, à coup sûr, de manière significative au renforcement de l’amitié et de la confiance politique mutuelle, ainsi qu’à la promotion et à l’approfondissement du partenariat de coopération stratégique global Viet Nam-Chine, pour le développement de chaque pays, pour le bien de leur peuple. , et pour la paix, la stabilité, la coopération et le développement dans la région et dans le monde, a-t-il souligné.

À la fin du message, Nguyen a souhaité à Xi et aux autres chefs de parti et d’État de Chine bonne santé et bonheur, et que l’amitié de longue date entre le Vietnam et la Chine sera verte et durable pour toujours./.-VNA

Lecture:

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Politique à gauche: Le «moment Obama» britannique: la mascarade cynique de la politique identitaire

Politique-a-gauche-Le-moment-Obama-britannique-la-mascarade-cynique.webp

Avec Rishi Sunak devenu Premier ministre, les médias de l’establishment ont fait une chanson et une danse sur la Grande-Bretagne voyant son premier premier ministre asiatique. Mais la «diversité» au sommet n’est que superficielle. Indépendamment de la couleur ou du sexe, c’est un gouvernement de riches.

La presse libérale a annoncé l’arrivée de Rishi Sunak dans le numéro 10 comme le « moment Obama » du Royaume-Uni. Salué comme le premier hindou asiatique et pratiquant à occuper un poste, on nous dit que c’est un moment symbolique pour la Grande-Bretagne.

Sunak, bien sûr, partage quelques qualités avec l’ancien président américain. Il n’est pas blanc. Il est multimillionnaire. Et il veut que la classe ouvrière paie pour une crise que les capitalistes ont provoquée.

Il y a cependant une différence très importante entre les deux. Obama a gagné sur un ticket « d’espoir et de changement », des millions d’Américains ordinaires n’ayant découvert que plus tard qu’ils avaient prêté leur vote à un loup déguisé en mouton.

En revanche, les travailleurs en Grande-Bretagne n’ont pas de telles illusions sur Sunak. Il est arrivé au pouvoir grâce à une complicité du parti conservateur, sans mandat de l’électorat.

Dès le premier jour, tout le monde peut voir le dernier Premier ministre britannique pour ce qu’il est : un champion de l’establishment ; encore un autre ennemi déclaré de la classe ouvrière, qui a célébré le détournement des fonds de la pauvreté des communautés urbaines pauvres vers les riches comtés conservateurs de Tunbridge Wells.

Truc pas cher

Faire payer les riches

Le « moment » de Sunak révèle clairement une chose : la politique identitaire est un outil utile pour la classe dirigeante, aidant à obscurcir les programmes politiques réactionnaires avec des identités personnelles secondaires.

Pour les capitalistes et leurs représentants politiques, la diversité au sommet est une astuce bon marché et cynique – présentant les ennemis de classe comme des alliés dans la lutte pour la justice sociale.

Les conservateurs et leurs porte-parole médiatiques, à cet égard, ont tenu à souligner l’origine ethnique de Sunak, alors que lui et son gouvernement se préparent à lancer l’assaut économique le plus brutal contre les travailleurs britanniques depuis des décennies.

De plus, scandaleusement, des ministres conservateurs ont même tenté de prétendre qu’ils étaient, en fait, le vrai parti de l’égalité des chances.

Superficiel

Parlement de Pritri Patel

Les points de vente libéraux comme le gardien et le Nouvel homme d’Étatpendant ce temps, ont accepté cette mascarade hypocrite de politique identitaire – tentant de surpasser les conservateurs en ignorant leurs politiques réelles et en soulignant à la place la masculinité blanche du nouveau cabinet de Sunak.

Ces commentateurs peu profonds opposent cette dernière administration conservatrice au gouvernement de Liz Truss, qui a été décoré comme «le cabinet le plus diversifié sur le plan racial de tous les temps».

Cependant, cette acclamation s’est avérée superficielle, étant donné les attaques continues des conservateurs contre les minorités ethniques et les migrants.

Sous Johnson, le ministre de l’Intérieur Priti Patel a élaboré le plan d’envoi des demandeurs d’asile au Rwanda. Son successeur, sous tous les deux Truss et maintenant Sunak, Suella Braverman, ont depuis affirmé que c’était son «rêve» et son «obsession» de voir ce plan se concrétiser.

Cela va à l’essentiel. C’est le tout le parti conservateur – quelle que soit la couleur de peau des ministres du gouvernement – ​​qui est responsable d’attiser le racisme contre les immigrés, les minorités ethniques et les réfugiés.

Tous ces voleurs et réprouvés ont averti le mouvement Black Lives Matter; soutenu le méprisable « environnement hostile » ; et créé un climat dans lequel nous voyons des centres de détention incendiés.

Le blâme pour le racisme, la xénophobie et le sectarisme dans la société britannique doit être carrément mis à leur porte – et avec le système oppressif qu’ils représentent.

Pôle semis

L’inquiétude et la critique quant à savoir quel réactionnaire gagnera le jeu des chaises musicales dans le gouvernement de Sunak est entièrement stupide. Mais les libéraux ne peuvent rien faire d’autre que se chamailler pour savoir quel cabinet conservateur est le plus « inclusif ».

De même, il y a eu un tollé dans les médias grand public sur le manque de femmes dans le cabinet de Sunak. Mais lorsqu’il s’agit des conservateurs, la représentation ne veut rien dire – comme l’illustre la nomination de la nouvelle ministre des Femmes, Maria Caulfield.

Caulfield a voté contre la légalisation de l’avortement en Irlande du Nord et dirigeait auparavant un groupe parlementaire « pro-vie ». Avec des amis comme ceux-là, qui a besoin d’ennemis?

Soyons clairs : tous les politiciens capitalistes – de quelque origine, origine ethnique ou sexe – représentent en fin de compte les intérêts d’un système qui repose sur le maintien des travailleurs les uns contre les autres, opprimés et exploités.

Avoir des carrières féminines, asiatiques ou noires à ces postes ministériels de haut niveau n’est pas un signe « symbolique » de progrès. Cela signale qu’ils se voient accorder un siège à la table, pour présider à l’austérité même qui nuit aux communautés ouvrières de toutes couleurs, croyances et sexes.

La moralité de Starmer

PMQ Starmer

La fixation sur la diversité du cabinet met également le parti travailliste de « Sir » Keir Starmer dans une impasse.

Starmer a tenté de vendre son leadership comme une rupture avec l’ère Corbyn. Dans ce cadre, il a mis au premier plan la politique identitaire – en particulier en ce qui concerne les accusations d’antisémitisme.

Et pourtant, le cabinet fantôme se retrouve maintenant battu à son propre jeu par les conservateurs en matière de « représentation pour la représentation ».

En accord avec le programme de «responsabilité budgétaire» de Sunak (c’est-à-dire coupes et austérité), et voulant prouver qu’il est lui aussi un homme d’État respectable, Starmer s’est joint à cette pantomime moralisatrice : félicitant les conservateurs d’avoir choisi un homme sud-asiatique comme chef ; et censurer tout député travailliste, comme Nadia Whittome, qui ose souligner à quel point l’appartenance ethnique du nouveau Premier ministre n’est pas pertinente lorsqu’il s’agit de ses attaques contre la classe ouvrière.

Cela illustre l’impasse dans laquelle on se retrouve quand on danse sur l’air de la politique identitaire.

Renversez ce gouvernement de banquiers !

Drapeau de l'appel socialiste TUC 2022

Malgré son appartenance ethnique, Sunak aspirera avec plaisir chaque centime des communautés asiatiques de la classe ouvrière, comme il le fera pour les Blancs pauvres. Et ses laquais continueront à attiser leur soi-disant guerre des cultures, afin de détourner l’attention de la guerre des classes qui est en cours.

Nous voyons ici le piège insidieux consistant à placer les personnalités au-dessus de la politique – conçu pour nous distraire et nous diviser.

La vérité est que noir, brun ou blanc, un Tory est toujours un Tory, et un capitaliste est toujours un suceur de sang.

Peu importe l’origine ethnique ou le sexe de l’occupant du numéro 10, c’est un gouvernement de riches, pour les riches, par les riches.

Cependant, à mesure que la lutte des classes s’intensifie, ces efforts de l’establishment pour jeter de la poussière dans les yeux des travailleurs deviendront de plus en plus impuissants.

La tâche à accomplir est claire : mobiliser et organiser selon des lignes de classe, afin de renverser ce gouvernement de banquiers et le système pourri qu’ils représentent.

Ce sujet vous a fasciné vous apprécierez aussi ces publications :

,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

,(Disponible) . Disponible chez votre libraire.

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Infos communisme: Pas de héros dans la nouvelle adaptation de All Quiet on the Western Front

Infos-communisme-Pas-de-heros-dans-la-nouvelle-adaptation-de

Le roman All Quiet on the Western Front a montré les horreurs de la Première Guerre mondiale. Maintenant, un nouveau film est un reproche à ceux qui glorifient la guerre, dit Roddy Slorach

lundi 31 octobre 2022

Numéro 2829

Le soldat allemand Paul Baumer est assis sale et étourdi dans le no man's land alors que d'autres soldats le dépassent, dans une scène de All Quiet on the Western Front

De la boue, du sang et du sang dans l’adaptation d’Edward Berger de All Quiet on the Western Front

Cette nouvelle adaptation d’un livre anti-guerre classique montre toute l’horreur de la guerre industrialisée. Sa séquence d’ouverture commence par la mort d’un jeune soldat. Son uniforme maculé de sang s’ajoute à un tas d’autres renvoyés du front pour être réparés et recyclés.

Ces scènes sont entrecoupées d’un groupe de jeunes amis emportés par une vague de chauvinisme pour fournir de la nouvelle chair à canon à la machine de guerre. De manière inquiétante, l’uniforme est donné à l’une de ces recrues au visage frais, le personnage central du film, Paul Baumer.

La première version cinématographique de All Quiet on the Western Front a été réalisée à Hollywood, avec des acteurs américains jouant des soldats allemands. Il est sorti en 1930, un an après le best-seller allemand d’Erich Maria Remarque, et alors que le massacre des tranchées n’était encore qu’un souvenir récent.

Pourquoi le remake maintenant ? Le réalisateur allemand Edward Berger a déclaré au public lors de sa première britannique qu’il était motivé par la montée des partis nationalistes et nazis en Europe.

Sa version est une sévère réprimande aux tentatives de réhabilitation de la Première Guerre mondiale, comme le récit de l’héroïsme récemment servi par Sam Mendes en 1917. Il n’y a pas de héros ici, seulement une volonté désespérée de survivre aux horreurs de la guerre moderne, y compris les agressions. par des lance-flammes et des chars nouvellement inventés.

Le jeu d’acteur et la cinématographie sont superbes, avec de la boue, du sang et du gore ponctués de scènes d’une beauté naturelle à couper le souffle.

Le roman de Remarque s’ouvre sur la ferveur patriotique pour la guerre lorsqu’elle a commencé en 1914. L’adaptation de Berger commence au printemps 1917, puis saute aux pourparlers de paix de novembre 1918.

Daniel Bruhl joue Matthias Erzberger, le chef de la délégation allemande, assassiné puis diabolisé par les nazis comme un traître. Erzberger se rend compte que l’armée allemande n’est pas en état de résister aux conditions de paix humiliantes, et une réponse positive à un armistice est dûment déclarée.

Enragé par la reddition et inconscient de l’état pitoyable de son régiment, un général allemand ordonne une dernière offensive suicidaire quelques minutes seulement avant la fin de la guerre. Les changements de Berger constituent une puissante réprimande au mythe de la « grande trahison » tant aimé par l’extrême droite allemande.

Mais ils apportent aussi leurs propres problèmes. J’ai du mal à croire qu’il y avait encore des foules d’adolescents désespérés de s’inscrire après presque trois ans de massacres de masse.

Malgré le calendrier modifié, le film ne fait que la plus brève des références aux « bolcheviks » et à l’humeur révolutionnaire qui balaie l’Europe. Il n’y a aucune trace de mutinerie dans les forces armées allemandes, sans parler du soulèvement qui a mis fin à la guerre.

Le discours brillant du vétéran Kropp, qui dit qu’il soutiendrait les guerres si les généraux et les dirigeants nationaux devaient les combattre seuls, manque également. Cela dit, ce remake de All Quiet On The Western Front est une puissante mise en accusation de la guerre industrialisée moderne.

Ce thème vous a plu vous apprécierez également ces ouvrages:

,Le livre . Ouvrage de référence.

,(la couverture) .

,(la couverture) .

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

La Caisse d’épargne condamnée pour avoir mis en péril la santé de ses salariés

a condamné la banque -qui a fait appel- à 10 000 euros d’amende de dommages et intérêts à verser au syndicat SUD du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne (BPCE), selon l’AFP via …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Code des caisses d’épargne

Le Code des caisses d’épargne regroupe les lois relatives au droit des caisses d’épargne français. Vous pouvez consulter gratuitement l’intégralité du Code des caisses d’épargne ci-dessous : …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Politique de gauche: Pourquoi Biden déclenche une guerre des puces à grande échelle contre la Chine

L’article suivant, de Marc Vandepitte et Jan Jonckheere, a été initialement publié en néerlandais sur De Wereld Morgen. Il explique l’importance cruciale des puces à semi-conducteurs pour les progrès de la technologie moderne et poursuit en décrivant la «guerre des puces» actuellement menée par le gouvernement américain contre la Chine. Les auteurs notent que ce n’est pas la première fois que les États-Unis tentent de supprimer le développement technologique d’un autre pays, mais ils expriment des doutes importants quant aux chances de succès dans ce cas. « Dans le passé, les États-Unis ont souvent réussi à ramener les pays à l’ordre et à les maintenir au pas. Cependant, s’il réussira avec la Chine est très discutable.

L’article de Keith Lamb, Bloquer l’industrie chinoise des semi-conducteurs est une tentative d’entraver la construction du socialisme, fournit une lecture complémentaire utile.

Récemment, les États-Unis ont identifié la Chine comme leur principal ennemi et tentent de contrecarrer son essor économique et technologique. Les puces y jouent un rôle clé car elles sont l’épine dorsale de la performance économique et militaire à l’ère du numérique. Que les États-Unis réussissent dans leur entreprise est hautement discutable.

La clé du futur

La technologie est la clé de l’avenir. C’est la base de la puissance militaire d’une part, et de la productivité économique et d’une position concurrentielle sur le marché mondial d’autre part.

Jusqu’à récemment, les États-Unis avaient une position dominante inattaquable sur les deux fronts. La Maison Blanche veut maintenir cette hégémonie à tout prix, mais la montée en puissance de la Chine menace d’y mettre un terme.

Selon le conseiller présidentiel à la sécurité des États-Unis, Sullivan, « nous sommes confrontés à un concurrent déterminé à dépasser le leadership technologique américain et prêt à consacrer des ressources presque illimitées à cet objectif ».

C’est pourquoi les États-Unis ont identifié la République populaire de Chine comme leur principal ennemi et tentent de contrecarrer l’ascension économique et technologique de ce géant asiatique.

Guerre des puces

Semi-conducteurs et puces[1] sont particulièrement visés. Cela a du sens, car à l’avenir, la suprématie géopolitique pourrait de plus en plus dépendre des puces informatiques. Les puces sont des circuits intégrés qui constituent en quelque sorte le système nerveux des appareils électroniques.

Jusqu’au siècle dernier, la force militaire reposait sur des armes à feu, des navires de guerre, des avions de combat ou des missiles (nucléaires). A l’ère du numérique, les puces sont l’épine dorsale de la performance tant économique que militaire.

Selon James Mulvenon, un expert de la cybersécurité chinoise, « le Pentagone a décidé que les semi-conducteurs étaient la colline sur laquelle ils sont prêts à mourir. Le secteur des semi-conducteurs est la dernière industrie dans laquelle les États-Unis sont en tête, et c’est celle sur laquelle tout le reste est construit ».

Début octobre 2022, la Maison Blanche a mis son argent où sa bouche est. L’administration Biden a introduit de vastes contrôles à l’exportation qui entraveront gravement les tentatives des entreprises chinoises d’obtenir ou de fabriquer des puces informatiques avancées.

Sous Trump, les entreprises américaines n’étaient plus autorisées à vendre des puces à Huawei. Biden a maintenant étendu ces restrictions commerciales à plus de 40 entreprises chinoises, dont plusieurs fabricants de puces. La nouvelle mesure interdit effectivement à toute entreprise américaine ou non américaine de fournir à ces entreprises chinoises du matériel ou des logiciels dont la chaîne d’approvisionnement comprend de la technologie américaine.

Les restrictions à l’exportation ne ciblent pas seulement les applications militaires, mais cherchent à bloquer le développement de la puissance technologique de la Chine par tous les moyens disponibles. La stratégie consiste à couper la Chine du reste du monde dans les chaînes d’approvisionnement en puces afin de lui refuser la possibilité d’indigéniser son industrie des semi-conducteurs.

Paul Triolo, spécialiste de la Chine et de la technologie, décrit la nouvelle mesure comme un « tournant décisif » dans les relations américano-chinoises. « Les États-Unis ont essentiellement déclaré la guerre à la capacité de la Chine à faire progresser l’utilisation par le pays de l’informatique haute performance pour des gains économiques et de sécurité. »

A l’inverse, les Etats-Unis font tout pour accroître encore leur avance technologique. Par exemple, le National Science and Technology Council de la Maison Blanche vient de publier une « Stratégie nationale pour la fabrication de pointe » de 47 pages qui comprend 11 objectifs stratégiques pour accroître la compétitivité des États-Unis dans le domaine des puces.

Mis à part la géopolitique, l’industrie des puces est également une grande entreprise. La capitalisation boursière des plus grandes sociétés de puces cotées en bourse dépasse désormais 4 000 milliards de dollars. La Chine dépense plus en importations de puces informatiques qu’en pétrole.

Quête d’alliés

Bien que Biden prétende être désireux de travailler avec des alliés, cette guerre des puces n’est initiée que par les États-Unis. Les experts admettent que si d’autres pays continuent d’approvisionner la Chine, les restrictions auront peu d’effet. La seule conséquence est alors que les sociétés américaines de puces passeront à côté du grand marché chinois.

Dans le passé, les États-Unis ont déjà fait pression sur d’autres pays et régions pour qu’ils cessent de fournir des produits de haute technologie à la Chine. Dans le cas des puces, il s’agit principalement de la Corée du Sud, du Japon, des Pays-Bas et de la province chinoise de facto autonome de Taïwan. Avec la nouvelle mesure, les entreprises étrangères travaillant avec la technologie américaine sont désormais censées agir conformément aux restrictions américaines. Ils doivent demander l’autorisation des États-Unis au cas par cas.

Bien sûr, les pays étrangers ne sont pas désireux de se conformer à cela, car la Chine est un client très important, sinon le plus important. Samsung, par exemple, est le plus grand constructeur mondial de puces mémoire. En partie à cause de la nouvelle mesure, cette société sud-coréenne s’attend à 32% de revenus en moins. Il reste à voir si et dans quelle mesure ces pays chercheront et trouveront d’éventuelles échappatoires.

Washington veut surtout entraîner Taïwan dans sa stratégie d’isolement. Taiwan représente 92% des puces de grande valeur du monde. Pour la Chine, les importations en provenance de Taïwan sont économiquement et technologiquement vitales.

C’est dans le contexte de cette guerre des puces que la visite provocatrice de Pelosi et d’autres politiciens américains à la direction séparatiste de Taiwan doit être considérée. Mi-septembre, le Sénat américain a approuvé un projet de loi prévoyant 6,5 milliards de dollars d’aide militaire directe à l’île. Washington fait pression sur la Chine sur plusieurs fronts.

Chances de succès ?

Les puces sont le moteur principal de l’électronique. La Chine elle-même fabrique environ 12 % de la production mondiale. Ce n’est en aucun cas suffisant pour son propre usage. Seul un sixième de ce dont il a besoin en puces est produit dans le pays. De plus, pour le moment, il est toujours incapable de produire les puces les plus avancées.

Autrement dit, en termes de chips, le pays est fortement dépendant des importations. Ils représentent annuellement environ 400 milliards de dollars. Si cet approvisionnement était compromis, cela signifierait non seulement une perte économique très importante, mais cela compromettrait également gravement le progrès technologique. En ce sens, les puces sont considérées comme le talon d’Achille de l’industrie chinoise.

Pour surmonter cette dépendance et rattraper son retard technologique, la Chine investit plus que tout autre pays dans cette industrie stratégique. Le pays a déjà fait de sérieux progrès dans un certain nombre de domaines. Par exemple, il a produit avec succès une puce de 7 nanomètres.[2] Cela ne la place qu’à une ou deux « générations » derrière les leaders de l’industrie à Taïwan et en Corée du Sud.

Mais avec ces percées, il restera pour l’instant dépendant des importations de pièces d’autres pays.[3] Cela ne doit pas rester ainsi. Analysys Mason, une société de conseil de premier plan, a déclaré dans un récent rapport que la Chine pourrait être autosuffisante en puces d’ici trois à quatre ans.

Dans tous les cas, la stratégie restrictive des États-Unis motivera le gouvernement chinois à allouer encore plus de ressources et à faire des percées. Temps de l’Asie donne l’exemple du blocage en 2015 de la fourniture des processeurs haut de gamme Xeon Phi d’Intel aux constructeurs chinois de supercalculateurs. Un an plus tard, des chercheurs chinois ont développé eux-mêmes ces processeurs.

Dans le passé, les États-Unis ont souvent réussi à ramener les pays à l’ordre et à les maintenir au pas. Cependant, son succès avec la Chine est très discutable. D’ici la fin de cette décennie, nous saurons si la tentative américaine de détruire l’industrie chinoise des puces a réussi ou échoué.

Remarques:

[1] Les semi-conducteurs sont des composants électroniques à base de matériau semi-conducteur. Une diode et un transistor sont des exemples de semi-conducteurs. Dans un sens, vous pouvez considérer les semi-conducteurs comme les éléments constitutifs des puces. Les puces sont des circuits intégrés, de petite taille. Ils font partie d’un ordinateur ou d’autres appareils électroniques. Dans les médias grand public, il n’y a généralement pas de distinction entre les semi-conducteurs et les puces.

[2] La société en question, SMCI, travaillerait actuellement sur des puces de 5 nanomètres encore plus avancées.

[3] Par exemple, la Chine ne peut pas fabriquer de dispositifs semi-conducteurs avancés sans l’équipement de lithographie EUV d’ASML (Pays-Bas) et les outils d’automatisation de la conception électronique (EDA) de Synopsis et Cadence (États-Unis) ou de Siemens (Allemagne).

Parutions sur un thème équivalent:

,(la couverture) .

,A voir et à lire. . Disponible sur internet.

,(la couverture) .

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Caisse d’Epargne

Caisse d’Epargne : Le livret A est le livret épargne de la caisse d’épargne dont le taux est net d’impôts (réglementé par l’Etat). Taux, plafond des versements du livret (…) Ce contrat …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Caisse épargne

La Caisse d’Epargne est un réseau de banques régionales. Célèbre pour son livret A, maintenant disponible dans toutes les banques, les Caisses d’Epargne offrent leurs services bancaires aux …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.