Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Emploi des seniors, compte épargne temps universel… Où en est la négociation entre syndicats et patronat sur la vie au travail

Les acteurs sociaux négocient jusqu’à fin mars les termes d’un accord interprofessionnel que le gouvernement s’est engagé à transposer dans la loi. Mais sur certains sujets, les positions des uns et d …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Politique à gauche: « Arrêter la guerre » signifie « Mort à la dictature » – Résistance anticapitaliste

Il y a deux ans, Vladimir Poutine lançait une invasion à grande échelle de l’Ukraine. Cette décision des dirigeants russes n’était pas une réponse à une quelconque menace militaire posée par l’Ukraine ou l’OTAN ; il s’agissait d’une tentative de soumettre un pays voisin qui, selon Poutine, ne devrait tout simplement pas exister.

Le plan initial de Poutine en Ukraine semble avoir été une « opération spéciale » de changement de régime : les troupes occuperaient rapidement les principales villes du pays, la Garde nationale russe réprimerait les manifestations « nationalistes » et la majorité de la population saluerait son long-terme. des « frères » russes attendaient avec des fleurs.

Mais au lieu de fleurs et de fanfares, l’armée russe s’est heurtée à une résistance obstinée de la part des Ukrainiens, et au lieu de « gangs », ils ont trouvé une armée bien entraînée et très motivée. L’« opération spéciale » s’est transformée en une véritable guerre.

La première victime de l’agression russe est l’Ukraine et son peuple. Plus de 10 000 civils ont été tués et plus de 18 500 blessés. 6,3 millions de personnes ont cherché refuge à l’étranger et 3,7 millions ont été déplacées à l’intérieur du pays. Au cours de la guerre, des centaines de milliers d’installations médicales, résidentielles, éducatives et sportives ont été détruites. Les écosystèmes ont été soumis à des écocides.

Les dégâts causés à l’économie ukrainienne, estimés à plus de 300 milliards de dollars, affecteront le bien-être de ses citoyens pour les années à venir, rendant la vie plus difficile en particulier pour les plus pauvres.

La société russe connaît également une transformation douloureuse. Léon Trotsky a écrit un jour : « Ce n’est pas la conscience qui gouverne la guerre, mais la guerre qui gouverne la conscience. » La guerre a sa propre logique et modifie les plans humains. Au lieu d’une « opération spéciale », Poutine s’est engagé à exactement le contraire : une guerre longue, sanglante et épuisante pour finalement éroder les ressources de l’Ukraine et forcer l’Occident à suspendre son aide. Ce scénario exigera de la Russie d’énormes sacrifices auxquels ni sa population ni son économie n’étaient préparées.

Entraîné dans cette longue guerre, l’État de Poutine a changé de l’intérieur : il doit forcer la société à accepter de telles pertes. Cet objectif a été atteint grâce à la répression politique et à un climat de peur.

Selon OVD Info, 1 980 personnes ont été arrêtées pour s’être opposées à la guerre depuis le début de celle-ci, et 825 d’entre elles font face à des accusations criminelles ; au moins un demi-million de personnes ont quitté le pays pour des raisons morales et politiques ou pour échapper à la conscription. Et la guerre n’est pas devenue un point de ralliement, une « Seconde Guerre mondiale 2.0 » pour la plupart des Russes : les partisans idéologiques de l’agression de Poutine sont toujours minoritaires, même s’ils sont les seuls à être autorisés à exprimer leurs opinions.

Les causes et la nature de la guerre

Le but de la guerre actuelle n’est clairement pas de protéger la population russophone d’Ukraine, qui a le plus souffert aux mains des occupants, ni de contrer l’expansion occidentale, car le Kremlin partage une longue histoire d’enrichissement mutuel avec l’Occident. .

Le véritable motif de l’invasion du Kremlin est son désir de consolider davantage sa domination politique, économique et militaire sur la société russe et sur les sociétés d’autres pays post-soviétiques, à laquelle Moscou prétend avoir « historiquement droit ».

Mouvements populaires démocratiques de la dernière décennie

Dans le cadre de leur vision conspiratrice du monde, Poutine et son entourage considèrent le Maïdan (2014) en Ukraine, les soulèvements en Biélorussie (2020) et au Kazakhstan (2021), ainsi que les vagues de manifestations de masse en Russie même depuis 2012, comme faisant partie d’une « guerre hybride ». menée contre la Russie par l’Occident.

« Combattre l’hégémonie occidentale », selon Poutine, n’a rien à voir avec la résistance aux politiques d’exploitation des élites américaines et européennes sur la scène mondiale. Au contraire, le Kremlin accepte et salue les politiques occidentales qui ne sont assorties d’aucune condition éthique.

Les seules « valeurs occidentales étrangères » contre lesquelles la Russie lutte sont les droits de l’homme, la liberté d’expression, l’égalité des sexes, le développement durable, etc. En ce sens, le poutinisme est l’avant-garde d’une organisation internationale d’extrême droite qui menace la démocratie et les mouvements progressistes du monde entier, notamment Trump et ses partisans aux États-Unis, l’AfD en Allemagne, le régime d’Erdogan en Turquie, Orbán en Hongrie et d’autres. .

L’objectif principal de la guerre est de protéger le régime de Poutine et ses États autocratiques vassaux, comme la dictature de Loukachenko en Biélorussie, de la menace d’une révolution.

Cet objectif coïncide parfaitement avec les rêves de l’élite de reconstruire l’Empire russe, ce qui nécessite d’asservir l’Ukraine, mais l’expansion russe ne s’arrêtera pas là.

Cela correspond également à leurs espoirs d’un « monde multipolaire » – un monde dans lequel les dictateurs et les oligarques jouissent d’une totale liberté pour piller leurs sujets, réprimer les dissidents et diviser le monde au mépris du droit international.

C’est pourquoi, aujourd’hui, « Stop à la guerre » doit signifier « Mettre fin à la dictature de Poutine ». Exiger la paix signifie exiger l’abolition des hiérarchies sociales qui sont au cœur du régime russe actuel : l’autoritarisme politique ; de vastes inégalités de richesse ; normes conservatrices et patriarcales ; et un modèle colonial et impérial de relations interethniques.

Lutter pour la paix ou forcer les négociations ?

2023 a été une année de guerre de tranchées pour l’Ukraine. Malgré de lourdes pertes, ni l’armée ukrainienne ni l’armée russe n’ont réussi à faire de progrès significatifs sur le champ de bataille. Cela a accru la lassitude de la guerre, y compris parmi les alliés de l’Ukraine.

Dans ce contexte, les idées de pourparlers de paix et d’opposition aux transferts d’armes vers la zone de conflit – exprimées à la fois par l’extrême droite et certaines forces de gauche – sont devenues de plus en plus populaires.

Bien entendu, toutes les guerres favorisent le militarisme et le nationalisme, les réductions des aides sociales, les atteintes aux libertés civiles et bien plus encore dans tous les pays parties au conflit. Cela est vrai pour la Russie, l’Ukraine et l’Occident.

Il est également évident que toutes les guerres se terminent par des négociations, et il serait vain de s’opposer en principe à cette exigence.

Mais il est naïf d’espérer des négociations à ce stade de la guerre, tout comme l’est la conviction que le désarmement unilatéral de la victime de l’agression apportera la paix.

Les promoteurs de telles propositions ne tiennent pas compte de l’évolution du régime Poutine au cours des dernières années. La légitimité de Poutine aujourd’hui est celle d’un leader en temps de guerre ; ainsi, il ne peut pas conserver le pouvoir sans faire la guerre.

Il compte désormais sur l’Occident qui mettra fin à son soutien à l’Ukraine après les élections américaines et conclura un accord – aux conditions du Kremlin, bien sûr. Cependant, un tel accord (pour la partition de l’Ukraine ? le changement de régime à Kiev ? la reconnaissance des « nouveaux territoires » russes ?) ne changera pas l’attitude fondamentale du poutinisme à l’égard de la guerre, qui est désormais son seul mode d’existence.

Le régime de Poutine ne peut plus sortir de l’état de guerre, car la seule façon de maintenir son système est d’aggraver la situation internationale et d’intensifier la répression politique en Russie.

C’est pourquoi toute négociation avec Poutine apporterait, au mieux, un bref répit, et non une véritable paix.

Une victoire de la Russie témoignerait de la faiblesse de l’Occident et de sa volonté de redessiner ses sphères d’influence, surtout dans l’espace post-soviétique. La Moldavie et les États baltes pourraient être les prochaines victimes d’une agression. En revanche, une défaite du régime équivaudrait à son effondrement.

Seul le peuple ukrainien a le droit de décider quand et dans quelles conditions conclure la paix. Tant que les Ukrainiens font preuve d’une volonté de résistance et que le régime Poutine reste inchangé dans ses objectifs expansionnistes, toute contrainte exercée sur l’Ukraine dans des négociations est un pas vers un « accord » impérialiste au détriment de l’indépendance ukrainienne.

Cet « accord de paix » impérialiste signifierait un retour à la pratique des « grandes puissances » partageant le reste du monde, c’est-à-dire aux conditions qui ont donné naissance à la Première et à la Seconde Guerre mondiale.

Le principal obstacle à la paix n’est certainement pas le « refus de faire des compromis » de Zelensky, ni le « bellicisme » de Biden ou de Scholz : c’est le refus de Poutine de discuter même de la désoccupation des territoires ukrainiens conquis après le 24 février 2022. Et c’est l’agresseur, et non pas l’agresseur. la victime, qui doit être obligée de négocier.

Nous, le Mouvement socialiste russe, pensons que dans de telles circonstances, la gauche internationale devrait exiger :

Une paix juste pour le peuple ukrainien, y compris le retrait des troupes russes du territoire ukrainien internationalement reconnu

L’annulation de la dette publique de l’Ukraine

Pression accrue des sanctions sur l’élite et la classe dirigeante de Poutine

Pression accrue sur diverses entreprises qui font encore des affaires avec la Russie

Augmentation de l’aide humanitaire aux réfugiés ukrainiens et aux exilés politiques russes, y compris à ceux qui fuient la conscription

Une reconstruction équitable de l’Ukraine d’après-guerre, menée par les Ukrainiens eux-mêmes dans le respect de la justice sociale, et non par des sociétés d’investissement et des fonds spéculatifs suivant des principes d’austérité.

Soutien direct aux organisations bénévoles et syndicales de gauche en Ukraine

Plateformes permettant aux Ukrainiens et aux Russes anti-guerre de s’exprimer

La libération des prisonniers politiques russes et la fin de la répression de l’opposition politique en Russie

Le monde d’aujourd’hui évolue vers la droite et les hommes politiques choisissent de plus en plus de recourir à la discrimination et aux guerres d’agression pour résoudre leurs problèmes, depuis la campagne militaire génocidaire de Netanyahu soutenue par l’Occident à Gaza jusqu’aux attaques de l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh (dont la communauté internationale est complice) et la rhétorique et les politiques anti-immigrés adoptées par les grands partis en Allemagne, en Finlande, aux Pays-Bas, en France et aux États-Unis. Dans ce contexte mondial, la gauche doit lutter contre la montée des tendances impérialistes, militaristes et nationalistes – non pas par des efforts utopiques de consolidation de la paix, mais en empêchant de nouvelles flambées d’agression et en empêchant les forces fascistes proches de Poutine (Trump, l’AfD, etc.) de venir. au pouvoir.

Arrêter la guerre!

Mettez fin au poutinisme !

Libérez l’Ukraine !

24 février 2024

Libérez les opprimés en Russie !


Art (45)
Critique de livre (94)
Livres (102)
Capitalisme (61)
Chine (69)
Urgence climatique (95)
Gouvernement conservateur (80)
Parti conservateur (42)
COVID 19 (38)
Économie (33)
Écosocialisme (40)
Élections (60)
Fascisme (51)
Film (41)
Critique cinématographique (52)
France (50)
Gaza (40)
Impérialisme (94)
Israël (78)
Italie (33)
Keir Starmer (40)
Le parti travailliste (87)
Lecture longue (36)
marxisme (43)
Théorie marxiste (31)
Palestine (96)
pandémie (71)
Manifestation (122)
Russie (315)
Solidarité (113)
Déclaration (37)
Le syndicalisme (125)
Ukraine (312)
les états-unis d’Amérique (103)
Guerre (325)

A lire sur le même objet:

,Clicker Ici .

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Les syndicats et le patronat affichent leurs divergences sur le compte épargne temps universel

Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, la création d’un compte épargne temps universel a été abordée ce vendredi par les syndicats et le patronat dans le cadre leur négociation sur l’emploi des senio …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Actualités socialisme: Un monde en crise – et la lutte pour le socialisme – Étudiants socialistes

Actualites-socialisme-Un-monde-en-crise-–-et-la-lutte

L’article suivant a été adapté d’un document de discussion soumis à la conférence nationale des étudiants socialistes de cette année par le comité directeur national des étudiants socialistes.

Le capitalisme d’aujourd’hui est un système en pleine tourmente, marqué par une instabilité croissante et des bouleversements croissants partout. La vie de milliards de personnes est de plus en plus semée de guerres, de dégradation de l’environnement, de baisse du niveau de vie et d’infrastructures sociales défaillantes.

Le caractère dystopique de cette ère du capitalisme est incarné par la situation catastrophique qui se déroule actuellement au Moyen-Orient. Le massacre continu de la population palestinienne à Gaza – et de plus en plus en Cisjordanie – par l’État israélien constitue une avancée par rapport à ses attaques brutales passées contre les Palestiniens. Plus de 1 % de la population de Gaza a été anéantie depuis octobre 2023. L’attaque militaire israélienne vise non seulement à déplacer la population de Gaza par des actes de terreur massifs et aveugles, mais aussi à détruire l’infrastructure nécessaire au maintien d’une société qui fonctionne dans cette région. zone.

Dans le même temps, l’attaque de l’État israélien contre Gaza a provoqué une immense colère parmi de vastes pans de la population mondiale. Des manifestations anti-guerre massives ont eu lieu dans des villes du monde entier, notamment dans le monde arabe et musulman. Il n’y a pas seulement d’indignation envers les actions barbares de l’État israélien, mais aussi envers le rôle des gouvernements capitalistes dans leur soutien ou leur échec à s’opposer à Israël.

À cela s’ajoute la crainte parmi les classes dirigeantes capitalistes que l’attaque israélienne puisse déclencher une guerre régionale majeure, qui aurait des conséquences dévastatrices sur les profits au Moyen-Orient et à l’échelle internationale. Cela entraînerait un nouvel effondrement des conditions de vie de millions de personnes dans la région, entraînant des morts et des souffrances massives. Un sentiment généralisé contre la guerre pourrait rapidement se transformer en un mouvement de masse généralisé. Les gouvernements arabes résolument procapitalistes sont terrifiés à l’idée d’être renversés par un mouvement comme celui qui s’est développé en Afrique du Nord et au Moyen-Orient en 2011 – le « Printemps arabe », qui a renversé les régimes dictatoriaux en Tunisie et en Égypte.

Néanmoins, les tentatives des différentes puissances capitalistes pour empêcher la propagation du conflit ont échoué jusqu’à présent. Non seulement l’attaque israélienne n’a pas cessé, mais le gouvernement américain – soutenu par le gouvernement conservateur et l’opposition travailliste – a lancé des frappes aériennes contre les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen. L’impérialisme américain a désespérément espéré endiguer le développement d’une guerre régionale, mais a pris des mesures qui pourraient avoir l’effet exactement inverse ! Cette situation illustre l’affaiblissement du contrôle qu’exerce désormais la classe capitaliste sur les évolutions de son système.

En particulier, la récente augmentation des conflits nationaux et des guerres à l’échelle mondiale – illustrée de la manière la plus frappante d’abord en Ukraine, puis à Gaza – marque la fin d’une époque où les États-Unis étaient la « superpuissance » complètement dominante après l’effondrement de l’Union soviétique et du régime stalinien. États d’Europe de l’Est.

Les régimes staliniens étaient des dictatures brutales qui ne ressemblaient en rien au véritable socialisme, mais ils étaient basés sur des économies planifiées qui, pendant un certain temps, ont fait progresser les forces productives, même en dépit de leur grossière mauvaise gestion bureaucratique. Il représentait ainsi un système alternatif au capitalisme et agissait comme un contrepoids à l’impérialisme américain. Après l’effondrement du stalinisme à la fin des années 1980, le capitalisme occidental – dirigé par les États-Unis – est passé à l’offensive, rétablissant les profits en intensifiant son exploitation de la classe ouvrière à l’échelle mondiale. Il l’a fait au moyen d’une attaque « sur deux fronts » : bénéficier matériellement de l’intégration de 1,2 milliard de travailleurs supplémentaires dans l’économie capitaliste mondiale ; et profiter idéologiquement du triomphe apparent du capitalisme comme « seul système possible ». Les deux « volets » se sont à leur tour renforcés l’un l’autre, conduisant à un effondrement de la conscience et de l’organisation des travailleurs.

Cette brève période « unipolaire » de domination américaine a maintenant cédé la place à un monde multipolaire de tensions croissantes entre les différentes classes capitalistes nationales. La perspective croissante d’une guerre à l’échelle mondiale a conduit à une augmentation spectaculaire des dépenses en armement dans le monde capitaliste.

À la menace croissante de destruction militaire s’ajoute une crise environnementale qui s’aggrave, qui menace de détruire la vie et les ressources et de rendre inhabitables de vastes régions du monde. La récente flambée de l’inflation à l’échelle mondiale, accompagnée d’une flambée des taux d’intérêt, a considérablement augmenté le coût du simple fait d’exister au jour le jour. C’est particulièrement le cas dans le monde néocolonial, mais aussi dans les pays capitalistes prétendument « avancés » comme la Grande-Bretagne, où le niveau de vie a chuté à son rythme le plus rapide depuis les années 1950. Derrière toutes ces tendances, la croissance économique dans l’ensemble du système capitaliste ralentit – et il n’y a aucune perspective d’une nouvelle période de croissance économique durable.

Le système capitaliste est frappé par une série de crises multiples – économiques, politiques, environnementales, géopolitiques – qui s’influencent et s’exacerbent mutuellement. Tout cela a entraîné davantage de misère et de souffrances pour la grande majorité de la population mondiale.

Il est donc de plus en plus difficile de ne pas conclure que quelque chose ne va pas fondamentalement dans la manière dont le monde est actuellement organisé. Il existe un sentiment largement répandu selon lequel le monde est entraîné en arrière. Un grand nombre de jeunes, en particulier, envisagent l’avenir avec, au mieux, peu ou pas d’enthousiasme. Au pire, les perspectives sont celles du désespoir. Le capitalisme lui-même est en train de jeter les bases pour que les idées du socialisme gagnent un attrait massif parmi les travailleurs et les jeunes dans la période à venir.

En fin de compte, le capitalisme ne s’effondrera pas sous le poids de ses propres crises ; il faudra le renverser. La classe capitaliste et les élites dirigeantes ont intérêt à maintenir ce système, qui leur assure pouvoir et confort matériel via le profit. Ils lutteront bec et ongles contre toute menace perçue contre le capitalisme, même si cela signifie infliger de nouvelles attaques aux conditions de vie de la majorité mondiale.

Cependant, les outils dont disposent les capitalistes pour y parvenir sont gravement rouillés. Ils se retrouvent avec un bassin de représentants politiques de moins en moins fiable et instable, car bon nombre des partis « traditionnels » qu’ils utilisaient au cours des périodes précédentes ont décliné ou se sont effondrés. Ce processus de déclin continuera de menacer tous les partis qui cherchent à travailler au sein du capitalisme, car ils seront incapables de mettre en œuvre des réformes substantielles.

La période exceptionnelle de boom capitaliste après la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle les partis ouvriers de masse sociaux-démocrates et « communistes » (aujourd’hui anciens) ont pu obtenir des réformes au nom de la classe ouvrière, ne reviendra pas. Aujourd’hui, la classe capitaliste est obligée de s’appuyer sur des mesures de plus en plus autoritaires ; ils sont beaucoup moins disposés à offrir des concessions à la classe ouvrière que par le passé, car les profits sont beaucoup moins fiables.

Cependant, les capitalistes ne sont pas assurés d’obtenir ce qu’ils veulent. Un recours plus massif à des lois répressives ne peut que provoquer davantage d’explosions sociales. Cela a été récemment démontré par le mouvement massif qui s’est développé pendant un an en Israël contre les réformes judiciaires du gouvernement Netanyahu. Des mouvements internationaux menés par des jeunes, comme les grèves scolaires pour le climat et le mouvement BLM, sont également de plus en plus susceptibles d’éclater, et les étudiants se retrouveront également poussés dans la lutte. Le mouvement de masse au Sri Lanka en 2022, qui a balayé la présidence corrompue de Gotabaya Rajapaksa, donne un aperçu du rôle important que les jeunes et les étudiants peuvent jouer dans les soulèvements politiques.

De plus, la classe ouvrière dans un certain nombre de pays est revenue sur la scène de l’histoire à un niveau jamais vu depuis une génération. En Grande-Bretagne, des centaines de milliers de travailleurs ont fait grève et ont « refusé d’être pauvres », selon les termes du secrétaire général du RMT, Mick Lynch. Aux États-Unis, 4,5 millions de jours ont été perdus en raison d’arrêts de travail en octobre – le mois le plus élevé depuis quatre décennies. Il est difficile d’exagérer l’importance de ces évolutions. Même si ces grèves ne représentent que le début d’un processus international permettant à la classe ouvrière de trouver sa force collective, elles sont la musique de l’avenir, alors qu’un système capitaliste en crise continue d’inciter la classe ouvrière à riposter pour défendre ses intérêts.

La classe ouvrière est la seule force sociale capable de diriger la transformation socialiste de la société. Pour jouer ce rôle, il aura besoin de ses propres partis de masse, dotés d’un programme socialiste pour s’emparer des sommets dominants de l’économie – les banques, les grandes industries et les monopoles – et diriger collectivement la société à travers un plan démocratique de l’économie visant à à répondre aux besoins de tous. Une île du socialisme ne peut pas survivre entourée d’une mer de capitalisme, c’est pourquoi cette transformation socialiste devrait avoir lieu au niveau international.

Les jeunes et les étudiants ont un rôle essentiel à jouer dans ces processus. En tant que personnes qui ont le reste de leur vie devant nous, nous pouvons être parmi les combattants les plus déterminés du socialisme. Nous devons également lutter dès maintenant pour nous défendre contre toute attaque des capitalistes contre notre niveau de vie et obtenir ce dont nous avons besoin pour mener une vie décente. Cela implique d’aider à construire des mouvements contre toutes les horreurs du capitalisme – la guerre, le changement climatique, le sexisme, le racisme et toutes les autres formes d’oppression – et de lier toutes ces questions à la nécessité plus large de transformer la société selon des lignes socialistes.

Des questions ou des commentaires sur ce que vous avez lu ? Vous souhaitez discuter davantage avec un groupe d’étudiants socialistes près de chez vous ? Contactez-nous en utilisant le formulaire ci-dessous

Ce objet correspond à vos demandes vous adorerez beaucoup ces parutions:

,(la couverture) .

,(la couverture) .

,Le livre .

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Finances La Caisse d’Épargne se dote d’une banque d’affaires

La Caisse d’Épargne Grand Est Europe vient de lancer une nouvelle banque conseil dédiée aux entreprises et aux …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Les banquiers se remplissent les poches avec les fonds de pension

Alors que leurs retraites ne cessent de diminuer, les frais d … syndicats: «Une part trop importante de l’argent des assurés est perdue dans le secteur financier et cela augmente chaque année», …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Actu communisme: Regardez-vous dans les yeux tout en construisant un chemin tout en marchant – International Viewpoint

Pendant des décennies, l’Europe a vécu des profits de l’accumulation capitaliste et coloniale primitive. Pendant des années, l’UE a prétendu être le bon flic de la mondialisation bienheureuse. Mais aujourd’hui, l’échiquier géopolitique est en train de bouger sous leurs pieds et les élites européennes voient leur poids mondial traditionnel en danger. Anciennes et nouvelles puissances se disputent le trône et ses rares ressources pour faire face à l’effondrement climatique du capitalisme tardif.

Il est temps de renforcer l’agressivité extérieure sur tous les fronts. Il est temps de parler le « langage dur du pouvoir » pour défendre ce « jardin européen » dont parlait Josep Borrell, vice-président de la Commission européenne. Parce que les intérêts des élites qui gouvernent le capitalisme européen ne vont pas se défendre. Car pour que les voitures électriques circulent à Berlin, Paris ou Barcelone, la pression en faveur des mines dans les pays du Sud doit augmenter. Et sûrement de nouvelles mines doivent ouvrir sur le territoire européen.

Attaques sans limites contre un territoire et contre ceux qui l’habitent. Des attaques qui génèrent et continueront de générer des réponses populaires. Résistance contre un néo-extractivisme peint en vert ; contre les attaques du capital déguisées en changement du modèle productif. L’urgence climatique comme toile de fond critique pour ceux d’en bas et comme alibi pour ceux d’en haut.

Et pendant ce temps, l’extrême centre néolibéral a adopté le programme réactionnaire et xénophobe d’une extrême droite qui, en cours de route, a changé son europhobie traditionnelle pour un euro-réformisme ultra-conservateur et chauvin. Pourquoi quitter l’UE s’ils peuvent la co-gouverner comme ils le font déjà dans plusieurs États membres ? Machisme, homophobie, racisme, islamophobie, criminalisation de la protestation. Les majorités populaires, avec toute leur diversité de dissidence, sont devenues de dangereuses minorités. Une guerre ouverte contre le monde du travail, les services publics et la vie en commun. Nouveaux combats dans la guerre du capital contre la vie.

Qui a le droit d’avoir des droits dans cette Europe des marchés, de la guerre et des barbelés ? Ceux ci-dessus sont clairs sur la question et sa réponse. Comment réagissons-nous, nous, de la gauche anticapitaliste ? La réponse ne peut être qu’à l’unisson. Mais une telle unité nécessite des espaces de rencontre et de discussion, car les attaques internationales nécessitent des réponses internationalistes.

Cependant, l’absence d’espaces de coordination internationaux et internationalistes dans le camp de la gauche radicale est une réalité aussi palpable qu’inquiétante. Il reste les vestiges du Parti de la gauche européenne sur lequel reposait une partie de l’héritage de l’eurocommunisme. Des regroupements proto-électoraux autour de la nouvelle gauche ont émergé ces dernières années dans plusieurs pays européens. Mais aucun de ces espaces n’a l’intention de dépasser ses propres cadres électoraux et institutionnels spécifiques. Nous avons besoin de quelque chose de plus. Et nous ne sommes pas les seuls. Outre les organisations politiques, il existe des dizaines d’acteurs sociaux et syndicaux à travers l’Europe qui prônent l’anticapitalisme et l’internationalisme antimilitariste, écosocialiste, anticolonial et féministe.

Avec l’intention modeste mais déterminée de contribuer à poser une pierre sur ce long chemin, les anticapitalistes et la CUP (Candidatura d’Unitat Popular ou Candidature pour l’Unité Populaire) ont convoqué et co-organisé le 3 février à Barcelone une rencontre européenne des associations anticapitalistes. et les organisations de gauche alternative pour réfléchir ensemble sur le moment actuel et débattre des alternatives que nous pouvons mettre en œuvre pour changer l’Europe en son sein.

Délégations de 16 formations politiques de 13 territoires européens [1] discuté avec des représentants d’autres organisations sociales proches des conséquences de la militarisation mondiale croissante et du rôle de l’UE, ainsi que des réponses écosocialistes possibles au projet de capitalisme vert des élites européennes. Deux tables rondes où les caractérisations communes ont été actualisées, les propositions concrètes avancées et les divergences existantes discutées, comme celles qui ont tourné au cours de la dernière période autour de la caractérisation du conflit en Ukraine après l’invasion russe. Et peut-être que la principale conclusion est que davantage d’espaces de face-à-face et de camaraderie comme celui qui y est généré sont nécessaires pour poursuivre l’échange sans la distance froide et violente des réseaux sociaux qui ne contribuent en rien au débat entre camarades.

Et comme les luttes et la résistance ne se construisent pas dans l’abstrait, mais sur des agendas partagés, les organisations participantes ont pris le relais du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions pour promouvoir, dans les plateformes respectives de solidarité avec la Palestine auxquelles elles participent, l’appel pour une manifestation le 25 février ou dans les jours alentours, dans le but de lancer la première expérience d’une journée de protestation à l’échelle européenne. En outre, la réunion européenne des organisations solidaires avec la Palestine, qui se tiendra à Barcelone les 16 et 17 mars, a été signalée à la réunion.

Et aussi importants qu’aient été et seront toujours les discussions formelles, les échanges informels qui ont eu lieu au cours de la réunion ont également été productifs. La dimension émotionnelle et affective de la camaraderie est un pilier dans la construction des organisations révolutionnaires. Tout comme sa potentielle coordination internationale. Naviguant dans la tension dialectique permanente entre ambition et prudence, les participants à la rencontre européenne se sont rapprochés un peu plus du prochain pas vers un espace d’échange et de coordination entre anticapitalistes de toute l’Europe qui doit continuer à se développer, mais c’est déjà le cas. commencer à marcher. Mais, comme l’effondrement du capitalisme ou des anciens empires, cela ne se produira pas simplement : cela dépendra de l’impulsion militante que voudront lui donner ceux qui participent à cet espace. Parce que le chemin se fait en marchant, en marchant.

Traduit par David Fagan pour Point de vue international depuis Point de vue international.

Parutions sur un objet semblable:

,(la couverture) .

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

C’est un peu plus complexe: Les syndicats l’avancent, mais les rentes AVS ont-elles réellement baissé?

Les syndicats font campagne pour l’extension de l’AVS en mettant en avant la baisse des prestations des caisses de pension. Or, il pourrait s’avérer que cette baisse soit exagérée, voir qu’elle n’ait …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
Posts Confédération Générale Du Travail:

Caisse d’Épargne et Banque Populaire : les clients n’arrivent plus à accéder à leur compte, est-ce une cyberattaque ? « Non », répond la banque

Les clients des établissements Caisse d’Épargne et Banque Populaire, qui font partie du même groupe, n’arrivaient plus à accéder à leur compte jeudi matin. Les clients se frustraient, certains redouta …

Aller à la source
La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr étant de rassembler sur le web des données sur le sujet de confédération générale du travail et ensuite les relayer en répondant au mieux aux interrogations que tout le monde se pose. Cette chronique se veut produite du mieux possible. S’il advenait que vous avez envie d’apporter quelques remarques sur le domaine de « confédération générale du travail », vous avez la possibilité de rencontrer notre journaliste responsable. cgt-caisses-epargne.fr vous suggère cet article traitant du thème « confédération générale du travail ». Dans peu de temps, notre équipe publiera d’autres informations pertinentes autour du sujet « confédération générale du travail ». Par voie de conséquence, consultez de manière régulière notre site.

Catégories
A Propos Du Domaine Confédération Générale Du Travail:

Actu socialisme: Commentaire sur Penny Foolish, Pound Foolish de J.Noonan

En réponse à Bill Browett.

Salut Bill,
Merci pour la réponse réfléchie. Bien sûr, je suis d’accord sur le fait que l’invasion et la famine de Gaza doivent cesser, mais je ne vois pas que cela se produise avec les dirigeants actuels des deux côtés. Voici la réponse de Netanyahu à la dernière contre-offre du Hamas : « Nous ne nous sommes engagés sur rien. Nous ne nous sommes engagés à répondre à aucune des revendications illusoires du Hamas, à savoir le nombre de terroristes ayant du sang sur les mains. [to release]», a déclaré Netanyahu. « Il n’y a pas d’engagement – ​​il doit y avoir une négociation, c’est un processus, et pour le moment, d’après ce que je vois du Hamas, cela n’a pas lieu », a ajouté Netanyahu. Conformément à votre point de vue, le même fil de discussion contenait une déclaration de groupes de la société civile israélienne appelant à un cessez-le-feu immédiat : « Nous, soussignés, organisations de la société civile et des droits de l’homme basées en Israël, appelons à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza et exigeons le libération immédiate des otages détenus dans la bande de Gaza. Un cessez-le-feu immédiat évitera de nouvelles pertes de vies civiles et facilitera l’accès à l’aide vitale pour Gaza afin de faire face à une catastrophe humanitaire sans précédent », indique le communiqué. De l’autre côté, l’aile politique du Hamas semble prendre conscience de la réalité militaire, mais l’aile militaire, ainsi que ses alliés comme les Houthis, continuent de se livrer à une rhétorique triomphaliste en contradiction avec toutes les preuves disponibles sur la façon dont ils s’en sortent réellement. dans la guerre. D’où mon pessimisme à moins que de nouveaux dirigeants n’apparaissent (y compris aux États-Unis, qui, compte tenu des candidats disponibles pour les élections de l’année prochaine, ne voient rien de prometteur).

Vous aimerez aussi:

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

,Le livre . Disponible dans toutes les bonnes librairies.

Vous pouvez lire cet article traitant le thème « confédération générale du travail ». Il est suggéré par l’équipe cgt-caisses-epargne.fr. Cet écrit est réédité aussi exactement que possible. Si jamais vous désirez fournir des renseignements complémentaires à cet article sur le sujet « confédération générale du travail » vous avez la possibilité d’adresser un message aux contacts indiqués sur ce site. La raison d’être de cgt-caisses-epargne.fr est de débattre de confédération générale du travail dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est lié au sujet sur le net En consultant de manière régulière nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines publications.